Le retour de l’Assemblée brestoise.

Chacun-e ayant passé son été de son côté, la bise revenant après quelques jours de soleil inhabituels, dans la précipitation qui à précédé le 15 octobre, les brestois ont tenté de se retrouver., et ont réussi.

Le 15 octobre 2011 à Brest fut un bon jour pour les Indigné-e-s brestois.

Deux réunions productives ont eut lieu.

Entre autres décisions a été prise celle d’un nouveau nom de domaine pour ce site, car les nouvelles fonctionnalités du type réseau social demande de sortir de l’hébergement gratuit wordpress.com.

Le nouveau site est ici

Publicités

Petit retour personnel d’une « Grande Petite » Assemblée des Indigné-e-s de Brest, « Grande » d’Espoir.


15 Octobre 2011 Unis pour un changement mondial.

15 Octobre 2011 Unis pour un changement mondial.

Hier après-midi, sur les marches de la mairie, j’arrive le premier en portant bien mon indignation. Le soleil m’oblige à ôter le gros pull qu’en bon brestois j’avais mis, craignant l’humidité.

Un quart d’heure d’attente sous la canicule, et je vois un Indigné arriver avec une pancarte faite à l’arrache…

Une Indignée qui nous cherchait depuis un mois nous rejoint quelques minutes après. Elle a trouvé à la dernière minute le billet posté ce matin sur ce site !

La discussion s’engage aussitôt, chacun-e essayant de se présenter, de dire à propos de quoi elle ou il s’indigne, et proposant des solutions.

Une demie douzaine d’Indigné-e-s sont passé-e-s durant les deux heures qui suivirent. Nous étions entouré-e-s par différents groupes, mariages se présentant l’un après l’autre et sur le chemin desquels nous restions, gens de l’association Agir Contre la Faim qui s’étaient installés au milieu de la place avec leur panneau « G20 – J’ai faim », et tout plein de peut-être futur-e-s Indigné-e-s-qui-s’ignorent.

Au cours de l’après-midi une employée de la mairie est venue nous questionner, comme elle le faisait pour tout-e-s les personnes sur la place. Le sondage portait sur ce qui était bien et pas bien en cet endroit géré par les services municipaux. Quand la question en vint à l’utilisation désirée du lieu, un grand sourire fleurit sur le visage des deux « interrogés » !

  • Moins de granit gris mais de la verdure,
  • Possibilité d’y mettre des tentes,
  • Réappropriation de la parole publique dans ce lieu public,… à ce qu’il parait le message signé des Indigné-e-s sera vu par M. Le Maire !

Au sortir de cette Assemblée des Indigné-e-s nous avons décidé d’une date pour une prochaine réunion, nous y démarrerons une commission communication. Premier travail, amener les gens de Brest et sa région à venir exprimer leur indignation au sein de l’Assemblée des Indigné-e-s de Brest, première action à laquelle elles-ils seront convié-e-s, action que nous espérons toute chargée d’indignation personnelle véritable.

(rappel:-) Le mouvement des Indigné-e-s est composé de gens n’affichant pas les couleurs de leur parti-s’ils-en-ont, idem de celles de leur-syndicats-s’ils-en-ont, et utilisent la non violence active.
Toutes et tous étant par ailleurs bienvenu-e-s pour apporter son indignation personnelle.

Une vraie démocratie Brest jour 31.

démocratie réelle maintenant Brest méthode de débat.

démocratie réelle maintenant Brest méthode de débat.

Compte rendu de l’AG du 22 Juin

Peu de monde encore une fois ce soir, quelques difficultés à négocier pour installer les banderoles et l’une d’entre elles déchirée pour cause de « gêne ».

=> Commentaire sur le forum national : critique négative de la forme de l’AG du 21 Juin et du manque d’attractivité ( usage du mégaphone ). L’assemblée s’en remet finalement à l’idée que le Net abrite des individus dont le but est de perturber plutôt que de construire ( trolls ) : « c’est leur métier ».

=> Evocation du WIKI national de la Democratie Réelle. Il s’agit d’un outil de communication bien utile, même si l’interface ne parle pas à tous, et que le rapport humain n’y est pas, contrairement aux AG telles que nous les entretenons. L’Islande serait en train de préparer sa Constitution via un outil de ce type ( « mais ils ne sont que 300 000 environ : l’Islande serait un « laboratoire » de la démocratie à venir » ).

=> Evocation du rassemblement de tous les indignés espagnols à Madrid, dans l’idée d’envahir la ville ( estimation d’environ 200 000 citoyens prêts à se rassembler ), pour en bloquer l’économie. Récemment il y eut déjà l’encerclement du Parlement de Madrid par un cordon humain, ce qui n’empêcha pas toutefois les élus de débattre comme à leur habitude ( moyennant l’emploi d’hélicoptères, cortèges protégés, etc … ). Un rassemblement du même type serait-il organisable à Paris ( pour le 14 Juillet ? ) ?

=> Témoignage d’un citoyen : carreleur, il perd son emploi, sa femme, son enfant, tous ses biens du jour au lendemain. Suite à cela il vit en squat pendant deux ans ( rue de Glasgow à Brest ) avec une quinzaine d’autres personnes et une trentaine de chiens. Il évoque ses difficultés personnelles, les années de galère, la tentation du suicide, mais aussi que, finalement, dans son squat, « il ne manquait de rien ». Après la fermeture récente de ce dernier ( de même que de tous les autres squats brestois, en raison d’une loi allant à leur encontre ), il finit par trouver un logement de 30m², obtenu à force d’économies, qu’il occupe avec ses trois chiens. Il conclut sur l’importance de la parole, et de pouvoir s’exprimer sur ses problèmes personnels. Témoignage qui pourrait paraître incongru, il est cependant l’exemple d’un partage sans faux-semblant ni détours inutiles, qui permet de créer du lien entre les personnes, et de voir que dans l’épreuve on peut rester solidaires et à l’écoute de l’autre. Sans doute aussi cet homme n’aurait-il pas eu à passer par tout cela si il était né dans un monde « meilleur » (?).

=> Débat sur « quelle forme de démocratie défendre ? ». Après de nombreuses prises de paroles, parfois quelque peu houleuses ( ce qui montre que les fruits de notre réflexion communes sont encore à cueillir ), vient une énumération des diverses formes « de base » que l’on peut répertorier :

– Stochocratie : tirage au sort des élus, qui travaillent et trient les idées envoyées par les citoyens, avant de les envoyer à l’assemblée pour qu’elles y soient votées (modèle Athénien)
– Démocratie représentative (avec une autre Constitution), en comptant de plus des options telles que le RIC (comme en Suisse), et la Constitutionnelle
– Démocratie participative (le peuple soumet des propositions aux gouvernants ; modèle existant à petite échelle ( ville ) au Brésil)
– Démocratie directe (exemple de la commune de Marinaleda en Espagne notamment)

A priori le modèle brassant le plus de voix au sein de l’assemblée de ce soir est celui de la démocratie directe, bien que les autres modèles ne laissent pas indifférent.

=> Débat assez flou sur la nature humaine et ce qui, en elle, permet ou non de fonder des sociétés reposant sur tel ou tel modèle politique : conclusion sur l’influence de l’éducation sur les valeurs et les comportement individuels. Les valeurs défendues par le mouvement démocratie réelle ( solidarité, égalité, liberté … ) ne tombent pas du Ciel. Mais l’éducation ne serait-elle pas coercitive ? Puis, si toute société repose sur des mythes et donc une éducation, mais que l’éducation, par l’emprise qu’elle nécessiterait, ne serait pas acceptable, est-ce par conséquence le fait social en lui-même qui pose problème ?

=> Enfin, relance sur le projet d’affiche, mais, par manque de temps, la discussion de celui-ci est reportée à l’AG suivante, soit celle du 23 Juin.

Une vraie démocratie Brest jour 30

démocratie réelle maintenant brest place ou liberté interdite ?

Heureusement cette fois-ci nous sommes acceptés !

Compte-rendu de l’AG du mardi 21 Juin 2011.

  Les conditions particulières dues à la fête de la musique n’ont pas permis de mener une AG ordinaire, bien qu’un débat ait pu être entretenu tout au long de la soirée, avec notamment l’accueil de plusieurs nouveaux venus.

 Peux de membres réguliers cependant ( une petite dizaine ). L’AG commence une nouvelle fois en retard ( d’une demi-heure ).

=> La banderole de méthode préparée par Mathieu pourrait être affichée régulièrement désormais : mais où ?

=> Une nouvelle banderole titre ( en français et breton ) devait être réalisée ce soir mais le matériel nécessaire ne fut pas au RDV

=> Finalement, hormis un usage immodéré du mégaphone, pas d’action choc en matière de communication pour ce soir

=> ( Rappel de l’état des choses sur l’Islande, qui vient de refuser le remboursement de la dette qui lui est attribuée par le FMI )

Pour commencer la soirée, un débat de fond ( accueil de nouveaux membres ) sur les revendications hypothétiques du mouvement, les attentes qui sont les nôtres, ce que sont, dans la pratique, de telles assemblées, etc …

Est évoquée la possibilité de rédiger une liste des revendications propre à l’assemblée brestoise.

Est reprochée l’absence de revendications données et le manque de cohésion autour d’idées fédératrices.

Est rappelée l’importance d’un passage à l’acte, bien que dans une optique non-violente. Donc nécessité d’agir, mais que faire précisément ? Au-delà de la communication, que faire, quels sont les enjeux ?

1) Une fois une « masse critique » atteinte, le mouvement s’organiserait spontanément en instaurant ses propres codes, et fonctionnerait de lui-même dans une optique démocratique.

2) Les postulats de départ du mouvement « Démocratie Réelle » impliquent sans en avoir l’air de nombreuses autres conditions et revendications : refus de la représentation, égalité, non-violence, libre expression, auto-gestion et responsabilité impliquent des modèles économiques, sociaux, politiques donnés.

Le simple fait de se rassembler et de promouvoir la prise de décision directe implique à une plus grande échelle bon nombre de choses.

3) Donc avant de penser à revendiquer quelque chose de précis en dehors du principe des postulats de départ ( non-violence, démocratie directe, ouverture etc … ) il faut d’abord rassembler, le reste « se fera tout seul ». Retour à la question de base : comment mobiliser ( d’avantage ) ?

Est évoquée l’idée d’une mobilisation devant une préfecture

Est développée l’idée d’une patience nécessaire, et d’une attente maîtrisée : les révolutions ne se font pas en un jour, les gens ne descendront pas en masse du jour au lendemain dans la rue. Il faut mobiliser, et rester patient.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Puis « atelier affiche » plus tard dans la soirée ; quelques choses en ressortent même si rien de concret n’est décidé :

les termes d’ « atelier » ou de « commission » sont problématiques ; en trouver de meilleurs ? « Groupe de réflexion » est évoqué.
Produire une affiche, pour qui, pour quoi ? Pour informer ? Inviter ? Les deux ?

Est évoquée la nécessité de traduire le fait que le mouvement est mondial ( sur une banderole, remplir les lettres de DEMOCRAT… etc avec des noms de ville où se déroulent des AG du même type ( Lisbonne, Madrid, Paris, etc … ), sur une affiche, remplir le fond avec le nom des villes écrit en gris clair, avec texte en noir par-dessus )

Plusieurs modèles sont proposés :
Affiche simple d’invitation aux débats de 19h
Affiche avec slogan à thème + invitation au débat
Affiche avec encadré de texte ( thème défini ) + invitation au débat

N.B. : au cours de cette soirée, plusieurs personnes ayant donné leur adresse e-mail, il serait bon de penser à (re)créer une liste de diffusion les contenant notamment, avec toutes celles collectées jusqu’ici. L’on pourrait ainsi faire parvenir par e-mail les compte-rendu des AG ? ( les adresses en question sont consignées dans un cahier que je garde pour l’instant avec moi, mais qui pourrait, si cela se décidait, servir de « cahier d’AG » qui serait à disposition, avec le reste du matériel ).

Une Vraie Démocratie Brest jour 26.

démocratie réelle maintenant brest19h tous les jours place de la Liberté

démocratie réelle maintenant brest19h tous les jours place de la Liberté

Brest, vendredi 17 juin 2011:
La journée de mobilisation internationale du 19 juin approche à grands pas, l’essentiel de l’AG de ce soir a porté sur la place que devraient avoir les media durant cette journée. Il était alors prévu que l’on invite des journalistes de manière à faire parler du mouvement et à toucher un maximum de gens.
Cependant, ce projet a été remis en questions car:
-ils pourraient détourner nos paroles, pervertir le mouvement en mettant en avant un leader, ce qui va contre les principes du mouvement
-les personnes interrogées en interview ne seront pas en mesure de parler au nom du groupe mais risqueront de mettre en avant leurs propres idées et leur propre conception du mouvement, ce qui n’est pas représentatif de ce en quoi il consiste.

Il semble toutefois important de communiquer avec la presse, c’est pourquoi il a été proposé de « recueillir » les questions que les journalistes veulent nous poser, d’en parler durant l’AG, pour pouvoir donner une version non propre à une personne, et réfléchie entre nous. Par la suite, un communiqué serait fait avec la réponse et transmis aux médias. D’autres préfèrent que l’on désigne un porte parole (au hasard?) qui ne sera là que pour retransmettre le message élaboré à plusieurs auparavant.

Cette méthode a à son tour été critiquée car si les journalistes « acceptent » notre invitation, il ne convient pas d’imposer nos méthodes.

Après longue discussion, il n’y a pas eu d’accord sur ce point. Certains proposaient encore que les journalistes viennent à titre individuel, ou encore que des personnes du mouvement s’occupent de filmer, de faire les interviews, pour poster ça sur internet directement. N’hésitez pas à donner votre avis!

Outre ce débat, d’autres éléments ont fait l’objet de l’AG:
-le 21 juin a lieu la fête de la musique, il a été proposé de faire quelque chose, une action en particulier pour cette occasion. Cependant, ce projet n’a pas été développé et n’a pas véritablement fait l’objet d’une discussion
-il a été suggéré d’intensifier les activités de communication du type tractage et affichage, il est prévu d’imprimer en masse et de distribuer en masse
-samedi 18, quelques personnes du mouvement se rendront à Berrien, où a lieu un picnic résistant et un débat, afin de participer aux activités et de parler du mouvement
-mercredi prochain, une journée d’action est prévue pour les sans-papiers
-il a également été proposé de faire une banderole avec écrit « Démocratie réelle maintenant » au lieu de « Democracia real Ya » afin de montrer qu’il ne s’agit pas seulement d’un mouvement de soutien à l’Espagne
-finalement, demain (samedi 18), a lieu une action avec des militants uncut de Quimper, autour des banques – rendez-vous à 10h place Lib pour les curieux.

A Brest aussi retrouvons nous Place de la Liberté le 19 juin 2011.

nous avons la rue

nous avons la rue

APPEL MONDIAL :

Nous sommes les indignés, les anonymes, les sans-voix. Nous étions silencieux, à l’ecoute. Nous observions. Non pas ceux d’en-haut, ceux qui tiennent les rênes, mais un peu partout, là où nous sommes toutes et tous à l’attente du moment pour nous unir.

Les partis, associations ou syndicats ne nous représentent pas. Ce n’est d’ailleurs pas ce que nous souhaitons, car tout un chacun est son propre représentant. Nous voulons réfléchir tous ensemble à un monde où individus et nature priment sur les intérêts économiques. Nous voulons concevoir et construire le meilleur des mondes possible. Ensemble nous le pouvons et nous le ferons. Sans peur.

Les premières étincelles se sont embrasées dans les pays arabes, où des centaines de milliers de personnes ont occupé les places et les rues afin de rappeler à leurs gouvernements que le peuple détient le véritable pouvoir. Peu après les islandais se sont emparés des rues pour s´exprimer et décider de leur avenir; le peuple espagnol n´a pas tardé à emplir les places des quartiers, des villages et des autres villes.

Actuellement, la flamme de la contestation s’est propagée rapidement à d´autres pays comme la France, la Grèce, le Portugal, l’Italie et la Turquie. Entre temps des échos surgissent en Amérique, en Asie et de nouveaux foyers de contestation apparaissent un peu partout. Les problèmes sont globaux et la révolution sera globale également, sans quoi notre appel ne saurait subsister. Le moment est venu de récupérer nos espaces publics pour discuter et construire tous ensemble l’avenir.

Le 19 juin nous faisons un appel à la #Globalrevolution. Nous vous invitons à agir pacifiquement sur les places publiques, nous vous invitons à la création d’espaces de rencontre, de débat et de réflexion. Il est de notre devoir de récupérer l’espace public et de décider ensemble du monde que nous voulons.

Empare-toi de la place! Empare-toi des rues!!

Peuple du monde, levez-vous!!!

Une Vraie Démocratie Brest jour 19.(bis)

no money = le droit de vivre libre

no money = le droit de vivre libre

Du fait de la présence de beaucoup de « nouveaux », il a été décidé de ne pas faire d’AG ce soir là afin de privilégier un débat de fond, où chacun a pu s’exprimer, exprimer sa conception de la démocratie, les raisons de sa présence, et cetera. Ainsi, les discussions ont eu pour objet:

-les problèmes liés au logement, les actions du type « bal des pauvres », où l’on se mobilise en faveur de cette cause
-le manque de solidarité au sein de notre société duale
-notre société de consommation, du consumérisme en comparaison avec les sociétés traditionnelles, rurales, ainsi qu’avec les sociétés à solidarité mécanique
-les formes de luttes au niveau local et au niveau global
-la révolution française de 1789 et sa récupération
-le printemps des peuples arabes et l’ampleur du mouvement de mobilisation
-la notion de politique et sa professionnalisation

Toutefois, une proposition d’action concrète a été émise:
envoyer une lettre d’invitation au maire, afin qu’il puisse répondre à nos questions et problèmes –
elle n’a cependant pas fait l’unanimité.
Un point a aussi été fait sur la situation dans les autres villes de France (environ 70 sont mobilisées): un campement a été évacué à Paris, alors qu’un dizaine de villes tentent d’en mettre en place, le campement a tenu dans trois villes.